Retrouvez LYFtv.com sur :
logo+rss
Playlist "Economie" à retrouver sur notre chaîne YouTube (abonnez vous ici :)

Les revenus des commerçants dévoilés par la fédération des centres de gestion

29.11.12

La 18ème édition du recueil « Chiffres et Commentaires » publié par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) passe au crible les revenus des artisans et des commerçants en 2011. Une enquête inédite qui compare les performances de 75 professions du commerce et de l’artisanat dans 11 secteurs d’activité. 

Tchao la crise ? En 2011, l’activité des petites entreprises du commerce et de l’artisanat redémarre : +2,6% contre +0,9% en 2010. 
Hausse du chiffre d’affaires et stabilité de la variation des bénéfices avec un résultat courant moyen qui s’établit à +2,3% (contre +2,1% l’année précédente). Globalement, les commerçants et les artisans renouent avec la croissance dans un contexte économique pourtant toujours préoccupant. Et ces deux indicateurs statistiques dissimulent en réalité de fortes disparités sectorielles. Si les transports (+4,4%) et le bâtiment (+4,3%) font la course en tête, la culture et les loisirs (-0,2%) ainsi que la santé (+0,9%) figurent en queue de peloton. 

 Menace sur la compétitivité 
L’étude exclusive de la FCGA met également en exergue une baisse inquiétante des investissements dans les petites entreprises du commerce et de l’artisanat : -6,1%. Alors que Louis Gallois, Commissaire à l’Investissement, vient de remettre son rapport sur la compétitivité de l’économie française, ce constat est préoccupant. La réduction des investissements dans les TPE peut menacer la qualité de leur outil de production et affaiblir leur compétitivité.

 Le palmarès des revenus 
L’analyse comparative des résultats courants bruts (avant versement des cotisations sociales dues par le chef d’entreprise) laisse apparaître d’importants écarts entre les différentes professions. En 2011, le résultat courant moyen brut, tous secteurs confondus, s’élève à 50 000 € (contre 48 000 € en 2010). Mais il chute à 42 000 € si l’on exclut les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens, prothésistes dentaires) dont les niveaux élevés de revenus « gonflent » artificiellement les moyennes statistiques. 
 Ils gagnent moins de 33 000 €
17 professions réalisent un résultat courant brut inférieur à 2 fois le SMIC annuel brut (33 000 €). 3 occupent la première marche du podium : - L’antiquité-brocante : 32 000 € - La cordonnerie : 32 000 € - La restauration rapide : 32 000 € 
 Ils gagnent entre 33 000 et 41 250 € 
16 professions dégagent un résultat courant brut qui oscille entre ces deux seuils. 3 arrivent en tête avec des résultats quasiment identiques : - La maroquinerie : 41 000 € - L’électroménager-TV-HIFI : 41 000 € - Les cafés-restaurants : 40 000 € 
 Ils gagnent entre 41 250 et 49 500 € 
25 professions affichent un résultat courant brut compris dans cette deuxième tranche. Trois se partagent la première place : - La boulangerie-pâtisserie : 49 000 € - La charcuterie : 49 000 € - La maçonnerie : 49 000 € 
 Ils gagnent plus de 49 500 €
 19 professions enregistrent un résultat courant brut supérieur à 3 fois le SMIC brut annuel (49 500 €). Les trois premières sont : - La pharmacie : 168 000 € - L’optique-lunetterie : 93 000 € - Le transport de malades (ambulances) : 79 000 € 

 Méthodologie de de l’étude Chiffres et commentaires 
Cette 18ème édition présente les indicateurs statistiques sur l’évolution économique de près de 193 000 TPE adhérentes des CGA membres du réseau FCGA/Anprecega. Ces résultats sont calculés à partir des déclarations fiscales 2011. Les 75 professions de cette étude sont regroupées en 11 secteurs d’activité. Chacun d’entre eux présente des informations économiques et sociologiques permettant de positionner les TPE dans leur environnement. Une analyse sur l’évolution des critères de gestion et sur les niveaux de résultat vient compléter cette étude. Chacune de ces 75 professions fait enfin l’objet d’une analyse économique spécifique. Si ces résultats traduisent des tendances bien réelles, ils ne doivent en aucun cas être considérés comme des normes professionnelles. 
 La Fédération des centres de gestion agréés en bref… 
400 000 petites entreprises (TPE) et 114 Centres de Gestion Agréés (CGA) 92 % des entreprises nationales ont moins de 10 salariés 50 % des TPE imposées au BIC sont adhérentes à un CGA La FCGA forme un réseau d’information et d’assistance aux TPE présent sur l’ensemble du territoire national et capitalise une expertise économique et sociale reconnue de la petite entreprise. Elle dispose d’outils d’observation et d’analyse particulièrement fiables qui alimentent régulièrement une base de données statistiques très performante.
Pour en savoir plus : http://www.fcga.fr (Catégorie : Observatoire de la Petite Entreprise) 
 ------------------------

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter - Inscrivez vous...