Retrouvez LYFtv.com sur :
logo+rss
Playlist "Economie" à retrouver sur notre chaîne YouTube (abonnez vous ici :)

L'économiste Jérémy Rifkin en visite en France

28.11.11

 jérémy+Rifkin
Photo @Wikipedia -
Jeremy Rifkin sera en France du 6 au 9 février pour la promotion de son nouveau livre, "la Troisième Révolution industrielle" (A paraître, commandez le dès aujourd'hui).
Jeremy Rifkin est un économiste, essayiste, conseiller politique et activiste américain, spécialiste de prospective économique et scientifique. Son travail est principalement centré sur l’impact des changements scientifiques et technologiques sur l’économie, le travail, la société et l’environnement.
Influent sur les politiques publiques américaines et européennes, il l’est aussi sur l’opinion publique, avec notamment son livre « La Fin du travail » (End of Work), paru en 1995, qui en a fait l’un des acteurs centraux du débat sur l’influence de la technologie dans le futur du travail. En 2004, « Le rêve européen » (The European Dream) fût un best-seller et lauréat du prix Corine- Prix International du Livre pour le meilleur livre économique de l’année.
"Nous sommes, selon l’auteur, à la fin d’une ère, celle d’une économie fondée sur les énergies fossiles, le travail à temps plein, une organisation pyramidale des entreprises, une gestion exclusivement marchande du monde... Et nous entrons dans ce qu’il appelle la troisième révolution industrielle qui va bouleverser nos manière de vivre, de consommer, de travailler, d’être au monde".
Ce nouveau livre développe la thèse d’une troisième révolution industrielle –que l’auteur appelle de ses vœux-, un nouveau paradigme économique qui va ouvrir l’ère post-carbone, basée notamment sur l’observation que les grandes révolutions économiques ont lieu lorsque de nouvelles technologies de communication apparaissent en même temps que des nouveaux systèmes énergétiques (hier imprimerie/charbon ou ordinateur/ ; aujourd’hui Internet et les énergies renouvelables).
Dans un futur proche, les humains généreront leur propre énergie verte, et la partageront, comme ils créent et partagent déjà leurs propres informations sur Internet. Cela va fondamentalement modifier tous les aspects de la façon dont nous travaillons, vivons et sommes gouvernés. Comme les première et deuxième révolutions industrielles ont donné naissance au capitalisme et au développement des marchés intérieurs ou aux Etats-nations, la troisième révolution industrielle verra des marchés continentaux, la création d’unions politiques continentales et des modèles économiques différents.

Le défi est triple : La crise énergétique, le changement climatique, le développement  durable.
Ces défis seront relevés par un changement de la mondialisation à la « continentalisation ». C’est-à-dire la fin d’une énergie divisée, pour une énergie distribuée.
            Les cinq piliers de la Troisième Révolution Industrielle sont :
1)    Passer aux énergies renouvelables.
2) Transformer les bâtiments sur chaque continent en mini-centres énergétiques, créant de nombreux emplois.
3)     Permettre à chaque bâtiment de conserver cette énergie.
4)    Utiliser la technologie internet pour créer un réseau similaire d’énergie. Chaque bâtiment ayant de l’énergie en trop pouvant la vendre sur ce réseau.
5)  Créer des réseaux électriques continentaux dans lesquels les véhicules électriques puissent vendre leurs surplus d’énergie en se branchant à une prise, tout en étant garés.
L’auteur prétend que des prises pour les véhicules peuvent être mises en place partout à l’horizon 2020. Si seulement 25% des véhicules vendent en étant garés (et si le prix est haut), cela remplacerait l’actuel système centralisé de l’énergie.
Cela dit, la transformation de l’économie va bien plus loin qu’un changement des régimes d’énergies et des technologies de communication. C’est un transfert de l’énergie à chaque niveau de la société, à des millions de petits producteurs, générant leurs propres énergies renouvelables et échangeant les surplus à travers des continents entiers. Cette « démocratisation de l’énergie » à des implications profondes sur l’organisation de la société, de la politique et de l’économie. Ce qu’on peut appeler un « capitalisme distribué ».
            
Des exemples existent déjà. Les énergies solaires et autres éoliennes dans le désert du Sahara pourraient ainsi combler 15% des besoins de l’UE d’ici 2050. L’Espagne et le Maroc étudient un projet de tunnel entre les deux continents. Les USA et la Russie font de même pour joindre la Sibérie et l’Alaska, afin d’échanger de l’énergie, et pour le commerce et le tourisme. Les gens commencent à se voir comme une partie d’un organisme planétaire indivisible.
L’ère continentale va aussi transformer l’approche géopolitique des relations internationales à l’approche de la biosphère-politique. Les scientifiques commencent à voir la planète comme une créature vivante, une entité autorégulatrice qui se maintient dans un état permettant la continuation de la vie. Selon cette nouvelle façon de penser, l’adaptation et l’évolution des êtres vivants fait partie d’un processus plus large : l’adaptation et l’évolution de la planète elle-même.
De nombreuses guerres ont éclaté dans la poursuite de la sécurité énergétique. Cela sera moins le cas avec ces nouvelles énergies abondantes et disponibles partout. La biosphère-politique est basée sur un sens de la responsabilité collective pour sauvegarder les écosystèmes.
Le Livre :
Chapitre 1 : Trois avertissements
Juillet 2008 : Le prix du baril de pétrole atteint un record, 147 $. Des émeutes de la faim éclatent dans trente pays. L’effondrement du système financier soixante jours plus tard en est l’onde de choc. La majorité des économistes et leaders politiques se concentrent depuis sur la bulle des crédits. En réalité, le commerce mondial a atteint les dernières limites d’une mondialisation basée sur les énergies fossiles. Avec l’arrivée de la Chine et de l’Inde,  la demande est simplement insoutenable, faisant passer le prix du baril de 21$ en 2001 à 147$ en 2008.
Et même si l’économie globale montre quelques signes de relance, le prix du pétrole remonte face à la nouvelle demande de biens et services, augmentant les prix de ses derniers et réduisant encore le pouvoir d’achat. Nous sommes dans un cercle vicieux.
Décembre 2009 : Sommet de Copenhague. Malgré un réchauffement climatique dramatique qui pourrait résulter à l’extinction massive de 70% des espèces végétales et animales sur Terre, aucun Etat n’a accepté de prendre ses responsabilités. Echec total.
Avril 2010 : Marée noire causée par BP. Un rappel que dans notre recherche désespérée à trouver des énergies fossiles, nous sommes prêts à prendre des risques énormes et à détruire notre propre écosystème.
Chapitre 2 : Leçons du passé
Alors que nous recherchons de nouvelles voies économiques, historiquement, les grandes révolutions économiques ont eu lieu lorsque de nouvelles technologies de communication sont apparues en même temps que des nouveaux systèmes énergétiques. Lors de l’apparition de l’imprimerie et du charbon et de l’acier, des milliers d’entreprises et des millions d’emplois –pour des raisons qu’il développe- furent créés. De même avec l’automobile et le pétrole. Et depuis 1980, la Seconde Révolution Industrielle est sur le déclin.
Ce chapitre explore en détail ces deux révolutions industrielles pour mieux comprendre comment les ères économiques émergent et déclinent. Nous le terminerons par un avertissement sur ce qui nous attend si l’économie globale n’est pas capable à temps d’effectuer une réelle transition vers une Troisième Révolution Industrielle : L’effondrement de notre civilisation !
Chapitre 3 : La Nouvelle ère de collaboration.
 La Troisième Révolution Industrielle, de par la nature distribuée de ses énergies renouvelables, nécessite un commandement partagé plutôt qu’autonome. Cela se voit déjà dans les pratiques des entreprises. Les localités, régions et gouvernements nationaux ne vont pas disparaître, ils vont au contraire être renforcés. Les unions continentales permettront de superviser et réguler les différents marchés continentaux.
Des centaines d’exemples de cette transition en marche existent (Bouygues, Phillips s’y mettent). "Ce livre va raconter l’histoire de cette vision, de son évolution, des obstacles et des opportunités rencontrés. Cela pour permettre au lecteur de connaître les visionnaires et les acteurs de ces nouveaux modèles économiques, ainsi que ses antagonistes. Une bataille rangée se prépare entre la vieille garde et les jeunes entrepreneurs. Le lecteur va apprendre les coulisses de ce jeu de pouvoir, les campagnes de désinformation, les lobbyings etc. ainsi que les secteurs clés de l’industrie".
Chapitre 4 : Planning
 En avril 2008, Rifkin a réuni les nombreuses compagnies impliquées dans au moins l’un des cinq piliers de la Troisième Révolution Industrielle. De cette réunion est sorti un consensus informel : La crise économique offre une réelle opportunité d’avancer dans la Troisième Révolution Industrielle, qui permettra à l’économie d’exploiter tout son potentiel. La table ronde de la Troisième Révolution Industrielle fût instaurée dans le but de mettre en place, avec les principales villes, régions et gouvernements, ces cinq piliers.
Comment construire la Troisième Révolution Industrielle? "Nous emmènerons le lecteur en plein cœur du processus à travers les quatre plans que l’équipe a mis au point. C’est à San Antonio, Monaco, Rome et dans la province d’Utrecht que des plans de développement économique à long-terme ont été imaginés. Ces plans adressent la sécurité énergétique et le changement climatique, transformant des « dépenses publiques » en « investissements économiques »".
Chapitre 5 : Au-delà de la gauche et la droite
La nouvelle vision économique nous force à repenser l’idéologie politique, de manière bien plus horizontale, avec un pouvoir bien plus distribué. "L’Allemagne, organisée très localement, prend les devants sous le leadership d’Angela Merkel".
Chapitre 6 : Nouveaux modèles économiques, nouvelles compétences
De nouvelles opportunités économiques apparaissent dans tous les secteurs. Mais remodeler les infrastructures et les industries de chaque pays nécessite de former de « nouveaux » travailleurs ayant de nouvelles compétences (le commerce en réseaux, les stratégies horizontales…). Certains modèles demandent même une refondation complète de la nature des transactions commerciales. Par exemple, nous allons d’un management unidirectionnel de l’électricité à un management bidirectionnel. Les producteurs d’électricité ne seront plus de simples producteurs, mais aussi des transmetteurs permettant aux producteurs individuels de vendre et d’échanger leur énergie. Être capable de travailler sur ces deux fronts est leur challenge.
Chapitre 7 : Unions continentales
La Troisième Révolution Industrielle encourage l’échange d’énergie entre les continents. Cela requiert une gouvernance continentale et en réseau, reflétant le caractère de la Troisième Révolution Industrielle. L’Union Européenne est le projet le plus abouti, et va devenir un seul marché intégré et indivisible, une communauté continentale. Il en sera de même (cela a déjà commencé) avec l’Afrique, L’Amérique Latine, l’Asie et l’Amérique du Nord vers 2050.
Il faudra aussi joindre les continents et se diriger vers un retour au monde Pangéen (du nom du grand continent que la Terre a connu il y a 250 millions d’année). Une nouvelle ère pour l’humanité.
L’auteur pose tout de même quelques questions, comme sur la Chine, au système politique extrêmement centralisé. Mais il conclue avec optimisme que la jeune génération chinoise, élevée au biberon d’internet et de ses échanges, mettra la pression nécessaire.
Chapitre 8 : Repenser l’éducation
Aujourd’hui, échanger son savoir, c’est tricher. Nous sommes au début de la conscience de la biosphère. Lorsque chacun de nous sera responsable, devant créer notre propre énergie renouvelable, et que nous réaliserons que notre survie et notre bien-être dépendent de l’échange d’énergie entre les continents, alors nous verrons notre inséparable relation écologique aux autres. 
 Le modèle vertical d’éducation actuel n’est plus compatible dans la Troisième Révolution Industrielle.
Chapitre 9 : Un monde au-delà du capitalisme et du socialisme
  La nouvelle économie est contraire à la théorie économique classique qui voit l’intérêt individuel comme le meilleur moteur de la croissance économique. Elle est aussi en opposition au commandement centralisé du socialisme classique. La nouvelle économie est partagée et basée sur l’assomption que l’intérêt commun poursuivi collectivement est la route à prendre pour un développement économique durable. Être entreprenant et collectif n’est plus un oxymore, mais une solution.
Nous allons examiner les nouveaux modèles de business. Ces nouvelles pratiques vont certainement changer nos assomptions les plus basiques sur la nature de l’activité économique dans une biosphère interdépendante.
La Troisième Révolution Industrielle est un changement radical spatiotemporel. Elle va créer des citoyens globaux, dans une biosphère partagée, et nous reconnecter avec la planète. Nous avons peu de choix si nous voulons espérer restaurer la santé de la biosphère et préserver la planète pour les générations futures.
"La troisième Révolution Industrielle" 
G.R.
(redaction@LYonenFrance.com)
------------------------

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter - Inscrivez vous...